Cigarette électronique à cartouche : comment ça marche ?

EGO-C démonter Chaque cigarette électronique est dotée d’une batterie rechargeable, d’un atomiseur alimenté par batterie et d’une cartouche contenant le liquide (et le liquide) pour produire de la vapeur. Dans certains modèles, l’atomiseur et la cartouche sont combinés en un seul composant appelé « cartomiseur » ou « clearomiseur ».

A lire également : Quel est le meilleur correcteur de posture 2020

Piles :

Il existe plusieurs types de

A lire aussi : Comment protéger la santé animale ?

  • Piles jetables
  • batteries rechargeables type 510 ou KR
  • Piles eGo
  • mods

L’ atomiseur électronique de cigarette transforme le liquide en vapeur inhalée comme la fumée d’une cigarette normale. Il existe deux principaux types de cigarettes électroniques : automatiques et manuelles. Pour automatique, l’atomiseur est activé lorsque l’utilisateur aspire l’air à travers la cigarette électronique et que la vapeur est produite d’une manière qui imite action de fumer une cigarette. D’autre part, pour la version manuelle, l’atomiseur est activé lorsqu’un bouton (interrupteur) est pressé du côté de la batterie, et de la vapeur est produite en appuyant sur.

Fonctionnement commun à tous les modèles : La tension de la batterie autour de 3,4 V à 3,7 V active une résistance (impédance de 1,5 à 3 Ohm) qui chauffe l’e-liquide par effet jule.

Pour en savoir plus :

L’ impédance de résistance est un élément clé dans la production de vapeur parce que la loi Ohm (La différence de potentiel ou de tension U (en volts) dans les bornes d’une résistance R (en ohms) est proportionnelle à l’intensité du courant électrique I (en ampères) qui le traverse.)

U (tension) = R (résistance ou impédance) x I (intensité) s’applique. Ainsi, l’intensité du courant dépendra directement à partir de la valeur de tension de la batterie divisée par la valeur de résistance : I= U/R

En conséquence, plus la résistance est faible, plus l’intensité est élevée. Ceci est appelé LR Low Resistance (ou atomiseur) pour les résistances qui génèrent une intensité élevée. La puissance (faussement appelée watts en anglais) exprimée en watts est le produit de la tension et de l’intensité.

P (W) = U (V) x I (W)

Par conséquent, afin de pulvériser une grande quantité de liquide dans un temps donné pour créer plus de vapeur et plus de soufflage, il faudra une puissance élevée du couple de résistance de la batterie.

Exemple : Un eGo-C Joyetech avec une mise à niveau de batterie en tension non régulée et avec une résistance LR donnera 9,5 W. Un eGo C avec batterie à tension régulée et avec une résistance SR (standard) générera 5,25 W.

Dans ce course pour la puissance, nous avons vu l’apparition en 2012 de batteries (torsion) qui permettent de réguler finement la tension de 3,2 V à 4,8 V pour trouver ce que les connaisseurs appellent le Sweet-spot. Une fine dose de tension qui vous permet de trouver le bon équilibre de chaleur et de puissance pour le vapoteur e-liquide et la préférence du vapoteur. Sans privilégier le goût avec un point doux autour de 5W à 6W, d’autres préfèrent la vapeur et frapper avec un point doux autour de 10W à 11W. La limite de cette course au pouvoir passe par la limite du volume de e-liquide apporté par les mèches à la résistance. Le mécanisme de capillarité permet un débit (en ml/min) correspondant à la quantité de volume évaporé dans un temps donné. Lorsque ce seuil d’écoulement, la résistance n’est plus trempée dans le e-liquide, elle sèche. Comme la résistance n’est plus refroidie par le e-liquide, les températures peuvent atteindre plus de 250 °C et une odeur « brûlée » apparaît.

Les fabricants conçoivent des modèles « sûrs » qui ne permettent pas de dépasser ce seuil de déshydratation. Afin d’atteindre les puissances qui ne sont pas disponibles sur le marché, des vapoteurs expérimentés et curieux retouchent et fabriquent de nouveaux appareils en modifiant des batteries et des atomiseurs. Augmentation de la tension des batteries modifiées (Mods), multiplication des mèches, fabrication de résistances (bobine, Kanthal, mesh…) et surface de contact des atomiseurs aux e-liquides (reconstructible). Ces amateurs de bricolage sont appelés « modernes » et nécessiteront un article complet dédié à leur passion.

Certains ont deux résistances montées en parallèle pour réduire l’impédance (double bobine) par deux. Contrairement aux atomiseurs et aux clearomiseurs, la résistance des cartomiseurs n’est pas alimentée par des mèches, mais se noie dans une liasse de Dacron. L’avantage de ce processus est que l’énergie supplémentaire est plus rare. L’inconvénient est qu’un cartomiseur cache le liquide et peut être omis pour le remplir en temps opportun. Vous devez attendre le goût de brûlé pour le remplir. Son remplissage est très délicat et nécessite de la patience lors du premier mouillage.

Depuis la mi-2012, un certain nombre de clearomiseurs sont apparus sur le marché qui diffèrent par la longueur des fils, le nombre de fils, la position de la résistance par rapport à la sortie de vapeur, la possibilité et la facilité de changer la force, la couleur, la capacité. Cet afflux de Le choix des clearomiseurs divers et variés se poursuit en 2013 et les fabricants inventent chaque mois un modèle afin de répondre aux attentes du vapoteur public. Cependant, aucun fabricant n’a inventé aujourd’hui un clearomiseur dont la durabilité de la résistance est de plus d’un mois. A-t-il également atteint l’obsolescence prévue dans le secteur des vapotes ?

L’ingrédient principal du « e-liquide » qui produit de la vapeur est le même que celui utilisé dans certains inhalateurs médicaux, c’est le propylène glycol combiné ou non avec du glycérol végétal. Les e-liquides peuvent avoir de nombreuses saveurs, ainsi que différentes teneurs en nicotine (y compris « zéro nicotine » pour ceux qui cherchent à se débarrasser complètement de la lanicotine).