Comment teindre sa laine ?

Dans l’article « Préparez votre laine », nous avons discuté de la première étape à faire avant de vraiment teindre. Une fois que votre laine est préparée, vous serez en mesure de passer à l’étape de fixation du colorant. La première chose à comprendre est que votre fibre a besoin d’un milieu acide afin que la teinture puisse venir à se déposer : soit de l’acide citrique ou du vinaigre sera utilisé à nouveau, comme pour le bain de préparation.

A voir aussi : Qu'est-ce que kayak ?

Obtenir une couleur unie

La deuxième chose à comprendre est que l’ordre d’introduction des éléments aura un impact direct sur le résultat de votre couleur finale. Pour obtenir une couleur unie (unie), vous devez d’abord introduire votre laine dans une eau à température ambiante, dans laquelle vous avez déjà introduit vos pigments. Vous soulevez ensuite doucement votre bain à 80/90 degrés : cela permettra aux écailles de terminer l’ouverture afin de recevoir les pigments. À ce moment-là, vous utiliserez des pinces pour soulever votre écheveau, introduire votre acide, mélanger rapidement de sorte que l’acide se répand uniformément dans l’eau, puis réintroduire vos écheveaux. Le temps de cuisson dépendra alors des pigments que vous utilisez, mais aussi du DOS.

A lire en complément : Quel est le cadeau idéal pour un homme ?

Comment utiliser Mes pigments ?

Les pigments ne se dissolvent pas comment. Si vous souhaitez obtenir une couleur unie, procédez comme suit :

  • Peser les pigments et les verser dans un récipient sec.
  • Faire bouillir l’eau à 100 degrés.
  • Faire une pâte avec des pigments et de l’eau bouillante.
  • Diluer complètement votre pâte avec un supplément d’eau bouillante, en évitant la formation de grumeaux.
  • Mettez ce mélange dans votre casserole remplie d’eau.

Qu’en est-il de la température ?

Travailler à une température adéquate a un réel impact sur votre couleur : si la température de votre bain est trop basse, la couleur ne se fixera pas, votre bain ne sera pas épuisé. Ce qu’il faut retenir :

  • Faites monter votre bain entre 80 et 90 degrés.
  • Stabiliser la température.
  • Introduire des pigments.
  • Laisser cuire (durée à déterminer en fonction des pigments et DOS).
  • Laisser refroidir complètement.
  • Si vous faites bouillir votre laine, il y a des chances que le mouvement généré par les tourbillons fasse votre feutre de laine.

Obtenir une couleur semi-solide

Afin d’obtenir une couleur nuancée, la technique va changer et vous pouvez procéder de plusieurs façons différentes :

  • Introduisez votre acide en même temps que vos pigments, puis introduisez votre laine (la couleur sera fixée plus ou moins intensément sur les différentes parties de l’écheveau).
  • Introduisez votre laine dans un bain préalablement acidifié, puis répartissez les pigments à l’aide d’une bouteille prévue à cet effet sur différentes zones.
  • Ou plongez seulement une partie de votre écheveau.

Par exemple, les écheveaux suivantes de la gamme HAPPYFEET ont été réalisées en immersion partielle et progressive avec introduction simultanée d’acide citrique et de teinture parent.

Importance de refroidir le bain

La troisième chose importante à comprendre lors de la mort de votre laine est qu’il est impératif de laisser le bain de cuisson refroidir et revenir à température ambiante. La première raison en est que le refroidissement permet de raccourcir le temps de cuisson : la couleur finit à fixer à ce moment-là. Défaut de penser à l’écologie, penser à votre électricité facture ! La deuxième raison est que si les échelles n’ont pas fini de se fermer correctement, vous vous exposez à plusieurs problèmes : dégorgement prématuré et feutrage de la laine. En effet, après votre bain de cuisson, vous ferez un bain de rinçage à température ambiante, dans de l’eau claire. S’il y a une différence entre ces deux bains, alors la laine souffrira d’un choc de température. Pour cela, vous allez créer du mouvement en le rinçant puis en le pressant pour essorer avant de le mettre à sécher. Excluant choc de température mouvement = écailles qui se frottent mutuellement, de sorte que nous obtenons le feutrage. De même, si votre laine bout, les tourbillons seront probablement une source de feutrage. Quand j’ai commencé à teindre, je savais que la laine pouvait sentir, mais je ne savais pas comment. Pour éviter cela, j’ai donc eu l’air de le feutrer ! C’est en comprenant comment obtenir le feutrage que j’ai compris comme l’éviter.

Une question ?

Postez là comme un commentaire ou envoyez-moi un e-mail à contact@imogene001.fr , une mise à jour de l’article sera faite dès que possible !

Une opinion contraire ? Parlons en commentaire !