Actualités

Est-ce que l’Egypte fait partie des pays arabes ?

Le monde arabe regroupe les pays couvrant la Péninsule arabique, le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. Ces derniers ont plusieurs points en commun, dont la langue arabe. Bien que l’expression monde arabe soit largement employée, elle ne renvoie pas à une liste de pays établie. Cependant, de nombreux critères notamment le critère linguistique, géographique et politique peuvent aider à rattacher un pays au monde arabe. Alors, l’Egypte en fait-il partie ? A travers cet article, vous en saurez davantage sur le sujet.

L’Egypte : un pays géographiquement arabe

Connu officiellement sous le nom de République arabe d’Egypte, l’Egypte est un pays situé sur le continent africain. Il bénéficie d’une superficie de 997 739 km2, ce qui équivaut à deux fois celle de l’Espagne.

A lire en complément : Comment dessiner un lapin ?

En effet, ce pays s’étend précisément sur le nord-est de l’Afrique et sur la Péninsule du Sinaï. Sur cette presqu’île, il est limité au sud par le Soudan, à l’est par l’Arabie Saoudite et l’Etat d’Israël et à l’ouest par la Libye.

Dans la mesure où l’Egypte s’étend sur l’Asie via le Sinaï et à l’extrémité orientale de l’Afrique du Nord, il appartient alors au Proche-Orient. Il faut aussi noter que ce pays fait partie des 22 Etats membres de la Ligue arabe. De ce premier point, on peut alors retenir que l’Egypte fait partie des pays arabes.

A découvrir également : Jeune conducteur : quelle voiture choisir ?

L’Egypte : un pays arabe sur le plan linguistique

La majorité des Egyptiens s’expriment dans l’arabe égyptien, une variété de l’arabe dialectal. On retrouve cependant dans le pays d’autres variétés de l’arabe comme l’arabe algérien, l’arabe saïdi, l’arabe leventin du Nord, l’arabe libyen, l’arabe marocain et l’arabe taizzi-adeni. Malgré leur présence dans le pays, l’arabe égyptien reste la plus courante. Le taux de locuteurs s’exprimant dans cette variété est estimé à plus de 66,7% de la population égyptienne.

Il faut noter que l’arabe égyptien fait partie des variétés d’arabe les plus comprises. Cela est en majorité dû à la diversité culturelle dans le pays. Par exemple, un Marocain aura une certaine facilité à comprendre l’arabe égyptien qu’un Egyptien qui souhaite comprendre l’arabe marocain. La richesse de la langue provient d’autre part de l’existence des volumes utiles pour son apprentissage.

Par ailleurs, tout comme dans les autres pays arabophones, l’arabe en Egypte se décline sous deux formes à savoir l’arabe dialectal et l’arabe littéraire. En effet, la première forme provient du mélange de la fragmentation de la langue arabe du VII è siècle et de l’union des brassages de population de différentes langues.

En revanche, l’arabe classique ou littéraire vise l’éloquence dans le langage. Encore appelé arabe grammatical, il s’utilise à l’écrit, dans la religion et aussi dans les administrations. Sa compréhension nécessite une formation ne serait-ce que scolaire. De ce deuxième point, on peut alors retenir que l’Egypte fait partie des pays arabes.

La politique égyptienne basée sur l’arabisation

Si l’Algérie n’a pas réussi à instaurer une politique d’arabisation, l’Egypte, par contre, y est arrivée en quelques décennies. Toutefois, l’anglais et le français y sont restés et un certain privilège leur est accordé notamment dans sur le plan des affaires et de l’éducation.

Conformément à l’article 2, aujourd’hui invalide, de la Constitution de 1971, l’islam est la religion de l’Etat dont la langue officielle est l’arabe ; les principes de la loi islamique constituent une source principale de législation.

Dans l’article 2 abrogé de la Constitution de 2012, cet article est repris et stipule que l’islam est la religion de l’Etat. L’arabe est sa langue officielle. Les principes de la Charia islamique sont source principale de la législation.

Selon l’article en vigueur depuis 2014, l’islam est la religion de l’Etat. L’arabe est sa langue officielle. Les principes de la Charia islamique sont la source principale de la législation.

Dans l’un ou l’autre des cas, il s’agit de l’arabe standard ou classique. Ainsi, par le pouvoir de cette déclaration, la politique d’arabisation est élaborée en Egypte. Cela se remarque d’ailleurs sur le plan de la législature, de la justice, des services gouvernementaux et de l’éducation où la loi oblige toutes les écoles publiques primaires à enseigner uniquement l’arabe standard. De ce dernier point, on peut alors retenir que l’Egypte fait bel et bien partie des pays arabes.