Famille

Les conditions d’un regroupement familial dans le pays de Molière

Plusieurs raisons peuvent amener une personne à quitter ses proches, les membres de sa famille : la recherche d’un travail, l’exil ou une maladie. Dans l’un ou l’autre des cas, les législations de la majorité des pays le permettent. Mais cette permission est bien encadrée. Pour en être donc bénéficiaire, il faut devoir remplir certaines conditions indispensables.

Qu’est-ce que le regroupement familial ?

Le regroupement familial est la possibilité que la législation française confère à un étranger vivant en France de faire venir sa famille auprès de lui tout en étant correcte vis-à-vis des règles et conditions énumérées par la loi.

A lire en complément : Comment calculez-vous le taux d'absence pour maladie ?

Il est possible lorsque ceux qui doivent venir vous rejoindre en France sont des enfants mineurs ou/et votre conjoint(e). Un coup de main de quelqu’un qui s’y connaît bien dans le domaine vous sera utile.

Quelles sont les conditions pour se regrouper en famille en France ?

La nationalité détermine la nature des conditions. Celles qui sont applicables à un Canadien ne sont pas forcément les mêmes pour un Nigérian. Seul un spécialiste de la question sur le plan juridique peut mieux vous éclairer sur ce point. Mais certaines conditions sont communes à tous. On vous les cite :

A découvrir également : Quand dois-je faire une demande de congé parental ?

  • Jouir d’au moins 18 mois de résidence permanente en France
  • Avoir un logement décent et un espace pour accueillir la famille
  • Avoir une stabilité financière et être capable de couvrir les besoins de la famille
  • Être aux pas des lois qui encadrent la vie familiale en République de France.

Lorsque vous remplissez toutes ces conditions, il n’y a pas de raison que l’État français ne vous accorde pas l’autorisation d’un regroupement familial .

La procédure pour acquérir le regroupement familial

Lorsque vous enclenchez une procédure de regroupement familial auprès de l’office française de l’immigration et de l’intégration, vous devez étaler votre patience sur six mois. En fait, selon le délai légal, le préfet doit donner son verdict après avoir vérifié si l’étranger répond aux conditions demandées. Plus précisément, les modalités relatives à la permanence et à la durée de séjour.

De son côté, le Maire, par le biais d’une visite dite domiciliaire se renseigne sur votre résidence et vos ressources. Lorsque le préfet donne un avis favorable, il est délivré un visa de séjour à long terme et la famille peut effectuer le déplacement en France. Celle-ci a un délai de trois mois au maximum pour se présenter sur le territoire français.

Mais au cas où la procédure connaîtrait un avis défavorable, il y a possibilité de faire un recours. Vous devez vous confier aux compétences d’un avocat. Ce dernier vous permettra d’aller plus vite afin de contester la décision de refus pour espérer un revirement favorable à votre demande. Pour ne pas en venir là, il est préférable de lui faire appel lors de la première demande afin de mettre toutes les chances de votre côté.