Est-il possible de louer un appartement au chômage ?

Être en situation de chômage n’est pas la chose la plus évidente qui soit lorsqu’on cherche à louer un logement. Le chômage est l’une des situations qui effraient le plus les propriétaires d’appartement, parce que les revenus du locataire sont amenés à disparaître si ce dernier ne trouve pas rapidement une activité professionnelle. Pourtant, vivre une situation de chômage ne veut pas forcément dire que vous êtes un mauvais payeur. Voici alors quelques solutions qui s’offrent à vous pour louer un appartement même si vous êtes au chômage.

Essayez la caution bancaire

Lorsque vous avez des économies alors que vous êtes dans une situation précaire, la caution bancaire peut être une solution intéressante. C’est une alternative selon laquelle la banque se porte caution pour votre location. Par contre, celle-ci bloque une partie de votre argent sur un compte, afin de s’en servir en cas de loyers impayés. Bien évidemment, lorsque votre location prend fin, vous êtes en mesure de récupérer votre argent et pourrez à nouveau l’utiliser comme cela vous convient.

A lire aussi : Comment installer un panneau solaire photovoltaïque en intégration au bâti ?

Toutefois, la caution bancaire est une option qui n’est possible qu’à ceux qui ont une bonne économie dans leur compte en banque. Pour cause, la banque peut chercher à bloquer une à trois années de vos loyers pour assurer la caution. Cela représente tout de même une somme considérable pour une personne qui vit une situation de chômage.

Faites appel à un ou plusieurs garants

Le fait d’avoir un ou même plusieurs garants peut être intéressant et faire preuve d’une sécurité suffisante pour un propriétaire acceptant l’idée de louer son bien à une personne qui est au chômage. Si les revenus des garants sont suffisamment élevés et stables, le bailleur pourra s’en satisfaire, tout comme c’est généralement le cas avec les étudiants.

Lire également : Comment changer de métier dans World of Warcraft ?

Attention toutefois, si vous doutez vous-même de votre capacité sur le long terme à payer le loyer en temps et en heure. Vos garants sont, en effet, engagés auprès du propriétaire à couvrir vos loyers en cas d’impayés. Par conséquent, vous vous exposez à une situation bien délicate s’il arrivait que vous ne puissiez pas payer le loyer.

Essayez une demande de location HLM

Si vous êtes dans une situation professionnelle précaire, vous avez généralement des revenus qui vont avec, même si ces revenus ne sont pas substantiels. Heureusement, vous pourriez être éligible à l’obtention d’un Habitat à Loyer modéré. Pour entamer les démarches, vous avez la possibilité de vous tourner vers le CCAS de votre commune ou vers l’ADIL, l’agence départementale pour l’information sur le logement.

Jouez la carte de l’honnêteté

Lorsque vous êtes au chômage et que vous vous présentez à un propriétaire, il est bien de ne pas tourner autour du pot. Pour cause, votre propriétaire finira bien par connaître votre situation professionnelle lorsque vous devrez lui fournir des bulletins de salaire et constituer votre dossier de location.

Ainsi, il est bien d’être directement honnête auprès de votre bailleur et de poser le contexte dès le début. Lorsqu’il est question d’une négociation entre particuliers, le feeling peut suffire à faire se décider le propriétaire. C’est, en effet, plus difficile si vous prospectez auprès des agences immobilières. Dans ces agences, les émotions ont rarement leur place. D’ailleurs, les agences ont généralement besoin de garanties et dérogent rarement aux critères imposés dès le départ.