Actualités

Mbacké Diop cherche à déchiffrer le sens caché du Coran

Premièrement, l’auteur sénégalais Mbacké Diop a déjà publié un premier ouvrage intitulé La Pierre de Rosette. Au sein de ce livre complexe et complet, ce même écrivain avançait la théorie de la géographie sacrée. C’est d’ailleurs le titre de son second texte, paru aux éditions Des Auteurs des livres. Le projet derrière ce nom ? Tout un concept spirituel, qui relie le Coran et donc la parole du Dieu unique à la planète Terre. Nourri par son guide spirituel soufi Cheikh Ahmadou Bamba, l’écrivain s’inspire de sa piété et de ses travaux de théologie, afin de présenter cet essai. Pour cet homme décédé en 1927 et aujourd’hui adoré par ses adeptes, l’islam doit être éduqué au plus grand nombre et c’est pourquoi il s’occupera de diffuser ce message. Les congrégations soufies sont musulmanes et mystiques. Le terme « soufi » fait référence à un mouvement ésotérique né de l’islam. Dans cette voie particulière, l’individu est en quête de l’illumination, la sagesse et bien entendu Dieu. Pour cela, tous les moyens sont bons pour y parvenir : il n’est donc pas question de se freiner par les dogmes traditionnels, mais de chercher le savoir ultime. En ce sens, la Géographie Sacrée fait bel et bien écho à ce type de spiritualité. Dans le monde entier, c’est le sunnisme qui est majoritairement représenté dans les branches de l’islam avec 90 % de pratiquants. Viennent ensuite le chiisme et le kharidjisme. Comme les chrétiens et les juifs, les musulmans font face à des conflits internes et des divergences de croyances. Il n’est pas question ici de s’interroger sur la véracité de la Géographie Sacrée, puisqu’il s’agit d’un essai. C’est pourquoi il serait irrespectueux de remettre en cause la croyance de l’auteur Mbacké Diop.

De quoi parle la Géographie Sacrée ?

Tout est dans le titre du livre. La géographie concerne la science qui a pour sujet l’analyse de la planète Terre, selon l’humanité. Pour cela, le chercheur se base sur la réalité qui l’entoure et les phénomènes physiques qui se produisent dans le monde entier, dans les différents pays et lieux (océans, montagnes, etc.) Est sacré ce qui fait partie d’un domaine inchangeable, immuable… Comme le Coran ! En effet, dans le texte sacré des musulmans, la parole de Dieu est transcendante. Elle a beau dater de plusieurs siècles, elle est donc éternelle. C’est l’ange Gabriel qui est venu visiter Mahomet, afin d’entreprendre l’écriture et la retranscription divine. Le prophète Mohamed est le fondateur de la religion musulmane, il fait partie des messagers les plus essentiels et importants de cette foi : né à la Mecque et mort à Médine.

A lire également : Est-ce que l’Egypte fait partie des pays arabes ?

Donc, si on lie la discipline scientifique de la géographie au Coran…

L’on obtient ce livre, qui avance une théorie intéressante. Au fil du texte, le lecteur découvre un sujet par page. Il n’y a donc pas de chapitre, mais plutôt une interprétation par données géographiques. Par exemple, à la page 118, l’auteur compare la latitude 51 et longitude 4 à la sourate 50, verset 4. Ces coordonnées correspondent à l’emplacement de la Commission européenne : « Par les distributeurs selon un commandement. » Il en va de même pour la catastrophe de Tchernobyl : « Pour lancer sur eux des pierres de glaise »… Qu’il s’agisse de hasard ou non, pour Mbacké Diop, la coïncidence serait trop grande.

Outre le monde occidental, tous les pays sont représentés dans ce livre et plus particulièrement les États d’Afrique.

Après tout, c’est bien normal, car l’auteur est sénégalais. Chaque page s’ouvre ainsi : un cadre vert (comme l’islam) précède un titre. Ce titre fait référence à un pays ou un lieu. Par exemple : Nigéria — Ville de Nasarawa à la page 13. En prenant la latitude 8 et la longitude 10, l’on compare ces données à la sourate 8 appelée Al-Anfal, c’est-à-dire le butin. Au verset 10, l’on peut lire : « Allah ne fit cela que pour (vous) apporter une bonne nouvelle et pour qu’avec cela vos cœurs se tranquillisent. Il n’y a de victoire que de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage. » Cette pensée du secours aurait engendré le nom Nasarawa, une terre bénie…

A lire aussi : Quel est le rôle du marketing dans l'entreprise ?

La Géographie Sacrée s’inscrit bel et bien dans une volonté de rapprocher le Coran au réel.

Cela rompt avec la tradition, mais cette démarche apporte un souffle nouveau, avançant le concept de Géographie Sacrée. La religion peut donc être un « objet » scientifique, un sujet sur lequel on s’interroge. Cependant, la science a pour ambition de comprendre et expliquer, en prouvant ce qui n’existe pas. C’est pourquoi l’expérience est importante : les hypothèses proviennent du doute, car on ignore son aboutissement. En ce sens, cet ouvrage qu’est La Géographie Sacrée n’est ni tout à fait scientifique ni philosophique.