Finance

Le core banking : qu’est-ce que c’est ?

Le core banking est le système informatique central qui gère les opérations bancaires essentielles. Cette solution logicielle back-end automatise les processus clés comme la gestion des comptes, des paiements ou des prêts. Pour mieux appréhender les contours de cette notion, découvrez ici tous les détails nécessaires.

Le core banking : définition

Le core banking représente le système informatique central des institutions financières. Son rôle est de gérer les opérations bancaires des clients. Invisible pour l’utilisateur final, il s’appuie sur des API et un moteur de traitement.

A lire également : Des astuces simples pour faire des économies au quotidien

Pour certaines banques, des traitements avancés de données permettent d’optimiser les opérations. L’objectif est d’offrir la meilleure expérience possible à la clientèle. Le core banking couvre ainsi de nombreuses fonctionnalités essentielles, dont :

  • l’ouverture et la gestion des comptes ;
  • la gestion des dépôts ;
  • l’épargne ;
  • la gestion des paiements et des cartes.

Il calcule également les intérêts et mène les activités de gestion de la relation client. Le système est à même d’enregistrer toutes les transactions et produit les reportings réglementaires obligatoires.

A lire aussi : Comment choisir le meilleur comparateur assurance emprunteur en 2024 ?

En interconnectant toutes les agences d’une banque, le système de core banking permet d’offrir des services en temps réel tout en assurant la conformité avec les réglementations strictes du secteur. Il constitue ainsi le socle sur lequel repose l’activité bancaire moderne.

Comment choisir son système de core banking ?

Le choix d’un système core banking doit obéir à certains critères importants. Une mauvaise décision peut avoir des conséquences désastreuses sur l’efficacité opérationnelle, la satisfaction client et la compétitivité. Voici quelques critères clés à prendre en compte pour sélectionner un système aussi efficace que celui de Skaleet.

La flexibilité et la modularité de l’architecture

Votre système doit être capable de s’adapter rapidement aux évolutions du marché et aux nouveaux besoins métiers. En effet, une architecture ouverte basée sur des API facilitera l’intégration de nouvelles fonctionnalités et la connexion avec des systèmes tiers. À noter que la scalabilité est également importante pour accompagner la croissance de la banque.

Les fonctionnalités

Il faudra également vérifier la richesse fonctionnelle du système. Celui-ci doit couvrir l’ensemble des processus bancaires, de la gestion des comptes à la conformité réglementaire en passant par la gestion des risques. Des modules spécialisés, comme la gestion de la relation client (CRM) ou l’analyse des données, peuvent apporter une réelle valeur ajoutée.

Par ailleurs, l’ergonomie et la facilité d’utilisation pour les collaborateurs sont tout aussi essentielles. Un système intuitif favorisera l’adoption et l’efficacité opérationnelle. Il doit également offrir des fonctionnalités de self-service et de personnalisation pour les clients.

La technologie sous-jacente

Un système moderne basé sur le cloud et exploitant l’intelligence artificielle offrira une plus grande agilité et des possibilités d’automatisation avancées. Il est donc important de s’assurer de la performance, de la sécurité et de la fiabilité de la plateforme.

Le coût total de possession (TCO)

Au-delà du prix d’acquisition, il faut prendre en compte les coûts de mise en œuvre, de maintenance et d’évolution du système. Dans cette optique, un modèle de licence flexible avec des options de paiement à l’usage peut être avantageux.

Comment optimiser son core banking ?

Pour moderniser le core banking et améliorer l’efficacité opérationnelle et la compétitivité, plusieurs leviers peuvent être actionnés.

  • La migration vers le cloud computing : elle apporte une plus grande flexibilité et scalabilité de l’infrastructure informatique tout en réduisant les coûts. Le cloud permet aussi d’accéder à des technologies avancées, comme l’intelligence artificielle et le machine learning.
  • L’exploitation des données : grâce à des outils d’analyse et de process mining, les banques peuvent identifier les inefficacités dans leurs flux de travail et les optimiser.
  • La collaboration avec l’écosystème fintech : il s’agit d’un accélérateur pour moderniser le core banking. Les partenariats avec des startups innovantes et l’intégration de solutions tierces permettent d’enrichir l’offre de services et d’apporter de la valeur ajoutée aux clients.